Une politique sociale à Saint-Renan ?

Publié le 20 Décembre 2014

Depuis que je suis la vie municipale (plusieurs années maintenant), je suis très étonné de l'absence totale de communication sur la politique sociale de la commune, on pourrait croire qu'il n'y en a pas et j'avoue que le document présenté en conseil municipal ne rassure pas beaucoup...

proppectus du CCAS de Saint-Renan !
proppectus du CCAS de Saint-Renan !

proppectus du CCAS de Saint-Renan !

Un Renanais en difficulté peut prétendre à quoi ?

A part

  • Les dispositions légales pour la crèche à la maison d'enfance,
  • Des quotients familiaux dérisoires pour la cantine (basés sur un calcul inconnu des Renanais) et avec des effets palliers immenses (soit vous avez droit à -50% (2 € par repas), soit vous avez un peu droit -25% (1€ par repas), soit ... rien)
  • Un portage de repas à domicile ou une aide à se déplacer pour les personnes âgées ou handicapées.
  • Des logements sociaux (où nos concitoyens peuvent savoir combien il y en a et quelles sont les règles d'attribution ?)

C'est un peu court non ?

Il existe pourtant un outil obligatoire depuis 1995 : l'analyse des besoins sociaux (articles R123-1 et R123-2 du code de l'action sociale et des familles). Cet outil a pour but d'évaluer quantitativement et qualitativement les besoins sociaux des Renanais afin d'adapter l'action sociale de la commune. Afin que ce document ait une réelle portée , et comme cela concerne toutes les communes, il est évident que cette étude pourrait être portée par la communauté de communes.

Ce document revêt pourtant une importance particulière vu la taille de la commune. En effet dans une petite commune, on peut connaître assez facilement les gens dans la difficulté et quel type de difficultés ils rencontrent mais on ne peut se baser sur cette simple observation sur une commune de notre importance.

Selon les problématiques d'accès au service public mis en évidence par l'analyse des besoins sociaux, on pourrait alors envisager sereinement les tarifs de services municipaux basés sur la capacité financière de chacun. Il faut le faire de manière raisonnée, bien sûr, en faisant attention aux classes moyennes déjà très fortement sollicitées... Les impôts locaux étant très peu indexés sur les revenus, il est normal, dans un souci de justice sociale et d'égalité d'accès au service public, qu'un maximum de services municipaux puisse bénéficier de tarifs basés sur la capacité financière de chacun ; c'est ce qui se fait dans de très nombreuses communes quelques soient leurs couleurs politiques.

Pour une politique sociale assumée :

Lorsqu'une personne saisit le Centre Communal d'Actions Sociales (CCAS), elle est sans doute être aidée mais c'est au bénéfice du doute, je n'en sais rien : combien de dossiers déposés, montant des aides demandées, nature, sommes attribuées. Les élus (donc a fortiori les citoyens) ne savent pas ! "vous comprenez, c'est du social, c'est secret !"...

Pour être sérieux et efficace, il faudrait :

1/ que le CCAS soit connu et reconnu comme interlocuteur social : il faut montrer que le CCAS existe (combien de personnes pense que le CCAS est à l'angle de la place Leclerc et de la rue Lescao, ? Heureusement que la promo de la commune ultra moderne est là avec son prospectus... ) ;

2/ que les aides se fassent dans un cadre adopté par le conseil d'administration du CCAS sinon c'est la porte ouverte à l'aide à la tête du client : "prouvez moi que vous êtes un bon Renanais pour avoir droit à mon aumône !"

On pourrait penser que par l'importance du budget du CCAS, qui dépasse le million d'€ par an (deuxième budget le plus important de la commune) les actions sociales soient de premières importances mais ce budget porte toute la politique enfance - jeunesse de la commune : la crèche, la garderie périscolaire, le centre de loisirs... faire garder son enfant, n'est pas une prestation d'action sociale et encore moins, dans les conditions actuelles, l'organisation de l'arbre de Noël, le repas des aînés ou la cérémonie des noces d'or...

Dans la situation de l'économie et de l'emploi, il me semble que le social devrait être une des priorités de la municipalité avec une forte communication ayant pour message : vous n'êtes pas seuls, la collectivité est là pour vous aider !

Rédigé par Serge ODEYE

Publié dans #social

Repost 0
Commenter cet article